Créer l’avenir
que nous désirons.

Dans notre monde en évolution rapide, les changements économiques, sociaux et technologiques touchent des secteurs et des régions de tout le Canada. L’Accélérateur de transition est un organisme de bienfaisance pancanadien qui travaille avec des groupes dans tout le pays pour orienter ces bouleversements afin de résoudre des problèmes commerciaux et sociaux tout en établissant des voies de transition viables vers un avenir net zéro. Nos priorités actuelles sont l’économie de l’hydrogène au Canada, la pénétration du marché des véhicules électriques, la décarbonisation et l’électrification des bâtiments, et l’intégration au réseau.

Le Canada se doit d’adopter une nouvelle approche en vue de responsabiliser les innovateurs, améliorer les politiques et orienter le débat sur les changements climatiques dans une direction qui soit plus constructive. Voilà ce dont il s’agit.
Crédits carbone pour la destruction d’halocarbures : une fausse bonne idée

Crédits carbone pour la destruction d’halocarbures : une fausse bonne idée

Au Québec, la gestion des halocarbures accuse plusieurs lacunes. À un point tel que d’importants efforts visant la réduction des émissions de GES sont déployés au bénéfice d’activités qui, paradoxalement, contribueraient à leur augmentation. C’est le fonctionnement inopportun du marché du carbone québécois qui est mis en cause, dans un rapport conjoint de l’Institut de l’énergie Trottier de Polytechnique Montréal et de l’Accélérateur de transition.

Gestion des halocarbures au Québec

Gestion des halocarbures au Québec

Les halocarbures sont des gaz très utilisés comme réfrigérant dans les systèmes de transferts de chaleur,
que ce soit pour le refroidissement, dans les appareils de climatisation et de réfrigération, ou la chauffe, dans
les thermopompes. Cependant, plusieurs de ces gaz, lorsque relâchés dans l’atmosphère, ont des impacts importants sur l’environnement en appauvrissant la couche d’ozone et en accentuant l’effet de serre. Pour
cette raison, le protocole de Montréal, puis l’amendement de Kigali, ratifiés par la majorité des pays du monde, ont pour objectif de mieux contrôler ces gaz et réduire leur impact sur l’environnement. Dans cette optique, la gestion de ces gaz est encadrée par une règlementation stricte au Québec, qui a interdit
l’exploitation des gaz les plus dangereux pour l’environnement et le relâchement volontaire dans
l’atmosphère des autres halocarbures. Les propriétaires d’appareils fonctionnant avec de tels gaz ont donc l’obligation de faire récupérer ces gaz par une entreprise spécialisée quand l’appareil est en fin de vie. Ces entreprises peuvent alors traiter ces gaz pour réutilisation dans d’autres appareils ou les détruire.

« Par-dessus tout, l’Accélérateur de transition propose une perspective positive dans les discussions alors que celles-ci, depuis trop longtemps, sont négatives. En élaborant une vision commune de l’avenir et en créant des voies fondées sur des analyses rigoureuses pour nous permettre de la concrétiser, nous pouvons tirer profit des bouleversements qui nous affectent. »

BRUCE LOURIE, PRÉSIDENT, L’ACCÉLÉRATEUR DE TRANSITION